Entretien avec Julien LOLLI, nouveau directeur général et sportif du Montluçon Football

  • 11/01/2021
  • Montluçon Football
  • News
  • 0
  • 1131 Views

Désireux de structurer davantage le club à tous points de vue (sportif, économique, administratif,…), François Brochet et les membres du comité directeur ont décidé de s’entourer de la précieuse expérience footballistique de Julien LOLLI pour progresser dans cette voie.

Ce dernier, joint ce dimanche, a répondu à nos diverses questions.

Pouvez vous tout d’abord présenter votre parcours footballistique ?

J’ai été Vice-Président du Sporting Club de Bastia pendant 12 ans. Puis, quand le club a fait l’objet d’une rétrogradation en National en 2009, j’ai été nommé à la Présidence, avec l’objectif de faire rapidement remonter le club au plus haut niveau national, ce qui a été le cas puisque la saison d’après le SC Bastia retrouvait la Ligue 2, puis la Ligue 1 un an plus tard.

J’ai aussi été arbitre à la fédération française de football pendant 6 ans et j’ai notamment arbitré jusqu’au niveau Ligue 2.

Plus récemment, j’étais président délégué du FC Mulhouse à partir de janvier 2017 avec une accession de National 3 en National 2. J’ai dû quitter le club courant 2018 pour raisons familiales

Enfin, à l’automne dernier, j’ai engagé une mission ponctuelle de conseil à la demande d’un club de niveau N2 au Portugal.

Quelles seront vos fonctions au Montluçon Football ?

François Brochet, qui est un ami de longue date, m’a demandé d’être manager général, c’est-à-dire directeur général et directeur sportif.

Comment allez-vous vous y prendre ?

Ma première mission est de faire un état des lieux complet de la situation du club aux niveaux administratif, sportif et financier. Je produirai un rapport avec des conclusions que je présenterai aux membres du comité directeur avec bien sûr des préconisations.

Comme toujours, l’audit fera ressortir des éléments positifs et des éléments négatifs. Il permettra de prendre les décisions qui s’imposent

Il a aussi été évoqué la question du sponsoring ?

Cela fait effectivement partie des choses possibles, mais actuellement avec la crise sanitaire, le contexte est très délicat pour les entreprises locales. Nous verrons peut être dans un premier temps, comment engager un sponsoring de nature davantage nationale. Compte tenu de mon passé dans le football en tant que responsable de clubs, j’ai disons un réseau de contacts possibles, des personnes avec qui j’ai déjà pu travailler, qui pourront être activées, mais uniquement si le club le souhaite.

Avez-vous déjà pu rencontrer des personnes du club ?

Oui, mais il s’agit pour le moment surtout de contacts afin de me présenter. Le travail de fond va commencer maintenant.

Dès que la crise Covid sera un peu mieux « sous contrôle », j’envisage d’intervenir deux fois par mois au sein du club sur quelques jours. En attendant, je vais poursuivre mes échanges en visio avec les différents membres avec qui je serai amené à travailler.

Disposez-vous déjà certaines lignes directrices ?

C’est le premier travail d’audit qui véritablement permettra de fixer les lignes de conduite. D’une façon générale, le souhait au niveau administratif et financier c’est d’utiliser chaque euro du mieux possible, de rationaliser les missions, de faire en sorte que chacun ait un rôle précis à jouer et le tienne.

Par ailleurs, le club doit s’attacher à faire revenir plus de monde au stade. Pour cela, il est important de réfléchir à la politique tarifaire que l’on souhaite mettre en place et envisager peut être de développer la gratuité pour certains publics. L’objectif c’est aussi que les supporters soient heureux de venir au stade, de leur donner du plaisir, de l’envie de venir.

Et au niveau sportif ?

Le club doit prioritairement disposer d’une politique de formation des jeunes la plus structurée possible. Il est essentiel, si l’on veut véritablement que les meilleurs jeunes du bassin intègrent l’équipe fanion, qu’ils puissent déjà être très bien situés dans leurs championnats respectifs avec le souhait de pouvoir retrouver une équipe U17 en National voire aussi en U19.

Tous les aspects sportifs doivent être pris en compte. Il faut par exemple aussi pouvoir structurer et développer le football féminin.

Et pour l’équipe fanion ?

Je considère qu’un club amateur n’a pas nécessairement intérêt à s’éterniser en National 3 car j’en ai vu plusieurs qui finissaient par disparaître en restant trop longtemps à ce niveau. Je considère qu’une accession en National 2 n’est pas irréalisable, déjà si l’on accomplit un travail de formation adaptée, y compris si l’on établit aussi des partenariats avec d’autres clubs où des jeunes sont en manque de temps de jeu. Après, c’est au club de véritablement définir ses objectifs sportifs, de savoir ce qu’il souhaite.

Comment voyez-vous la suite de la saison au niveau sportif ?

Compte tenu de la longueur déjà de la coupure, des incertitudes des semaines et des mois à venir au niveau sanitaire, j’estime que pour la santé des joueurs il serait souhaitable que les championnats ne repartent pas et que l’on soit sur une année blanche car les systèmes évoqués de coefficients ou de play-off play-down risquent de ne pas placer toutes les équipes sur le même plan.

Ce temps nous permettrait aussi de bien finaliser le projet sportif au cours des prochains mois.

Vous semblez donc plutôt vous inscrire dans la durée ?

Je suis dans une réflexion longue avec François, je me projette effectivement à moyen terme car un projet sportif cela se travaille sur 3-4 ans. Une vision à moyen terme est essentielle pour véritablement asseoir certains axes de travail et obtenir des résultats. Maintenant, nous verrons bien évidemment dans les prochains mois quelle sera la suite qui sera donnée.

 

Julien Lolli directeur général et sportif Montluçon Football

Share:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *